Accueil du site > A la Une > Gestion différenciée des espaces

Gestion différenciée des espaces verts : oui à la nature en ville !

Contenu de la page : Gestion différenciée des espaces verts : oui à la nature en ville !

Noyon est un bel écrin de verdure, aux ambiances naturelles diverses et variées. Entretenir ces espaces de manière raisonnée, durable et responsable nécessite d’adapter les techniques en fonction de la nature du sol, des espèces à planter et de la biodiversité présente. C’est tout l’enjeu de la gestion différenciée des espaces verts, mise en place par les services municipaux.

Rendre sa place à la nature

La biodiversité est l’un des grands enjeux du XXIe siècle. La vie de nos enfants et des générations futures dépend de notre capacité à agir et il y a urgence à faire face à ce défi. Déjà, en changeant nos mentalités. En effet, la ville est un milieu de vie et pas seulement pour les hommes. Si l’urbain paraît peu propice à l’installation et au maintien des populations animales et végétales, elle réserve pourtant des surprises. La biodiversité est dans les îlots de verdure, les espaces boisés, les jardins, les balcons, les friches mais aussi les bâtiments ou les zones humides. Nous devons donc porter un nouveau regard sur la ville et accepter que la nature retrouve certains droits.

C’est le travail que mène le service Espaces verts notamment dans le quartier de Beauséjour. Plusieurs espaces (allées des Cerisiers, des Sapins et des Flandres, tour de la résidence Jules Magnier) sont en effet devenus des « prairies fleuries » explique Jean-Jacques Dirson, responsable des Espaces verts.

Véritables réserves naturelles, ces espaces constituent un refuge pour les abeilles, amphybiens mais aussi hérissons et orvets, utiles car très friands de limaces. Ces jardins champêtres permettront également la reproduction des mésanges et des hirondelles qui aident beaucoup les jardiniers car elles se nourrissent de chenilles. Et avec elles, le nombre de moucherons et de moustiques se verra considérablement diminué. Après seulement quelques jours, les carrés de verdure de Beauséjour sont devenus de véritables tapis floraux où se côtoient désormais pâquerettes, trèfles, boutons d’or ou encore orchidées sauvages (pourtant en voie d’extinction dans le Nord-Pas-de-Calais !).

En mode zéro phyto

Depuis le 1er janvier 2017, la loi sur le zéro phyto oblige les collectivités à désherber autrement qu’avec des produits phytosanitaires (désherbants et insecticides chimiques). En effet, quand on traite, on pollue l’environnement mais aussi les êtres vivants. Ces produits chimiques rentrent dans le corps par la bouche mais aussi par la peau, capturant les molécules dans le corps jusqu’à un stockage qui peut devenir dangereux pour la santé (problèmes asthmatiques, allergiques, stérilité...) voire mortel. À vouloir tout traiter, on a fait également disparaître des plantes hôtes qui hébergent des prédateurs comme la coccinelle, très utile car mangeuse de pucerons hors pair.

La Ville de Noyon a donc décidé de bannir les produits phyto. Armés de binettes, débroussailleuses ou encore désherbeurs thermiques, les agents municipaux font la chasse aux adventices couramment appelées « mauvaises herbes ». Parce que ces techniques demandent plus de temps qu’une simple projection de désherbant, il faut être tolérant et accepter quelques mauvaises herbes dans le caniveau.

Propices aux balades, aux jeux et pourquoi pas à la cueillette d’un beau bouquet de fleurs pour sa maman, ces espaces vont dans la lignée des actions menées par la municipalité : offrir aux Noyonnais un cadre et une qualité de vie préservés. Alors, laissons la nature retrouver refuge dans la ville.

Questions - réponses

Pourquoi certains espaces ne sont-ils pas tondus toutes les semaines ?
Ce n’est pas le signe d’un défaut d’entretien, mais le gage d’un développement de la biodiversité (faune, flore).

Pourquoi les déchets de tonte ne sont-ils pas toujours ramassés ?
En agissant de cette manière, les transports de déchets sont limités. De plus, l’herbe se décompose rapidement, fournit de l’humus au sol et améliore sa fertilité.

Est-ce vrai que les hautes herbes attirent les rats qui en profitent pour s’y cacher ?
Contrairement à certaines idées reçues, les hautes herbes n’attirent pas les rats, ce qui les attirent c’est la nourriture. Pensant nourrir les chats, certaines personnes ne font en fait que donner à manger aux rongeurs. De même que les personnes qui jettent leurs déchets par la fenêtre...