Accueil du site > A la Une > Parole de Noyonnais - Zacharie

Parole de Noyonnais - Zacharie Hatif

Contenu de la page : Parole de Noyonnais - Zacharie Hatif

Zacharie Hatif, un jeune noyonnais engagé auprès de l’association des donneurs de sang de noyon et sa région

Vivre Noyon : Depuis combien de temps êtes-vous donneur de sang ?

  • Zacharie Hatif : Je connais l’importance de la collecte de l’association des donneurs de sang de Noyon et sa région depuis longtemps mais donner mon sang est en quelque sorte une nouveauté. En effet, pour être donneur, il faut être majeur et je n’ai eu 18 ans qu’en août dernier. J’ai donné mon sang pour la première fois en septembre.

VN : Vous êtes très jeune, pouvez-vous nous indiquer quelles ont été vos motivations ?

  • zh : Donnant elle-même son sang depuis des années, c’est ma mère qui m’a servi d’exemple. Elle m’a, depuis longtemps, sensibilisé et m’a gentiment incité à donner mon sang. Je trouve que c’est une très bonne cause et que c’est un petit geste pour de grandes actions.

VN : Pouvez-vous nous rappeler comment on procède pour donner son sang ?

  • zh : Il faut se rendre au théâtre du Chevalet le 3e mardi du mois. Sachez que le prélèvement en lui-même ne vous prend que 15 minutes. Là-bas, le donneur est d’abord soumis à un questionnaire puis à un entretien préalable avec une infirmière ou un médecin permettant de savoir si son sang peut être prélevé en toute sécurité. Ce geste est ensuite pratiqué par un ou une infirmière qui a été spécialement formé. Elle fait d’abord un test, en prenant un petit échantillon de sang, pour voir si votre taux d’hémoglobine est assez élevé. Si ce taux est correct, le sang est enfin prélevé. On ne prélève qu’un demi-litre par personne. Chaque donneur est ensuite invité à se restaurer sur place afin d’éviter un malaise vagal. Pour les nouveaux donneurs, au bout de 2 dons, une carte de donneur leur est remise. Pour information, un homme peut donner son sang jusqu’à six fois par an, une femme peut, quant à elle, seulement donner quatre fois.

Les propos tenus sont de la responsabilité de leur auteur.