Tribune libre

Contenu de la page : Tribune libre

MAJORITE
Liste Noyon en mouvement avec Patrick Deguise

Créé en 2015, le collectif NoyonElles rassemble une dizaine d’associations ainsi que des habitant(e)s du Noyonnais. Son but est de créer des occasions de rencontres, de discussions et de débats afin de faire mieux connaître et d’améliorer les droits des femmes. Il n’y a pas de jour, pas de semaine ni de mois de lutte pour les droits des femmes. Mais se saisir d’une journée médiatisée pour en faire une semaine de réflexion collective dans notre ville peut avoir un effet considérable. Depuis la loi de 1907 accordant aux femmes mariées la libre disposition de leur salaire, à celle de 1965 qui permet aux femmes d’exercer une profession sans l’autorisation de leur mari et de gérer leurs biens propres, la route a été longue. Il a fallu attendre 1972 pour voir adopter en France le principe de l’égalité de rémunération entre les femmes et les hommes. Malgré cela, un écart salarial de 18,6% à poste égal était encore constaté l’année dernière. Dans le secteur public, alors que les femmes représentent plus de la moitié des cadres A, à peine 30% accèdent à des postes de direction. Bien que d’autres lois soient venues en renfort, en 2006, 2011, 2012, 2014…, l’égalité des femmes et des hommes dans le monde professionnel n’est toujours pas une réalité. Et pourtant, toute la société aurait à y gagner. Remettre hommes et femmes dans une posture de stricte égalité permettrait d’injecter quasiment 62 milliards d’euros dans l’économie. Plus précisément, cela générerait 34 milliards de recettes fiscales supplémentaires pour l’État, en raison d’une perception plus importante de cotisations salariales et patronales, d’impôt sur le revenu et de TVA. Quant aux ménages, ils pourraient profiter de 28 milliards d’euros en plus. Plus qu’une question d’inégalité de salaires, il s’agit là d’une véritable question sociale qu’il est temps de poser dans le débat public.

Liliane Galley
Conseillère municipale déléguée à la Citoyenneté et à la démocratie participative
Facebook : Noyon en mouvement avec Patrick Deguise

OPPOSITION
Liste Pour ma ville

L’article de la presse du 17 janvier dernier relatant notre soi-disant silence lors du vote de l’harmonisation des bases minimum de cotisation foncière des entreprises (CFE) mérite un commentaire de ma part. En effet, tout porte à croire que seule la droite Noyonnaise représentée par 4 conseillers sur 73 doit défendre l’intérêt des 35 000 habitants du pays Noyonnais. Pour mémoire, il faut savoir que 42 maires siègent au sein de la Communauté de communes du Pays Noyonnais. La commission du budget et le bureau communautaire composés en partie de nombreux maires ont émis un avis favorable à cette harmonisation des bases. Je tiens à préciser que nous n’avons pas suivi la position de ces derniers et que nous nous sommes abstenus comme le prouve le procès-verbal de la délibération 16-064 de la réunion du 29 septembre 2016. Ainsi, les rumeurs sur notre soi-disant coopération à cette augmentation sont fausses. Cela dit, je rappelle à certains antagonistes qui nous critiquent constamment à des fins électoralistes et qui se servent de ces sujets brûlants pour jeter de l’huile sur le feu qu’ils ne remonteront pas leur estime personnelle en descendant celle des autres. J’ajoute que notre préoccupation est toujours de défendre l’intérêt des noyonnais, qu’il n’en déplaise aux faiseurs d’histoires. Chacun sait que l’opposition communautaire a peu de moyens pour travailler et qu’elle se trouve souvent devant le fait accompli. Il faut donc continuer à affirmer qu’il faut rééquilibrer les pouvoirs locaux en renforçant les contre-pouvoirs, qu’ils soient politiques ou administratifs. C’est à nos parlementaires de légiférer dans ce sens en prenant exemple sur certains pays européens.

Gérard Deguise
Conseiller municipal
Conseiller communautaire
lesrepublicainsdunoyonnais@gmail.com
Facebook : lesrepublicainsdunoyonnais

OPPOSITION
Liste Noyon Bleu Marine

Les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent...

Le Courrier Picard titrait il y a quelques jours : « À Noyon, l’ex-usine Bahlsen redémarre doucement  ». Il aurait pu être ajouté : « très très doucement ! ». Acheté par la Communauté de Communes du Pays Noyonnais à 2,3 millions d’€ et finalement payé 3,13 millions... le site industriel a été revendu pour 1,3 millions d’€ avec à la clé 200 emplois... Coût pour le contribuable : 1,83 millions sans compter les 9 années de frais et impôts estimés entre 100.000 et 150.000 € par an !!! De plus, on apprend que seulement 30 emplois seront créés d’ici juin. On est bien loin des annonces faites par l’exécutif du Pays Noyonnais !!! 70 autres postes seront pourvus par les salariés de l’usine samarienne et ne seront donc pas des créations d’emplois. On est loin des 182 emplois supprimés lors de la fermeture d’Intersnack et encore bien plus loin de la promesse de création de 600 emplois faites, lors des municipales de 2014, par l’équipe de P. Deguise (à l’époque PS et aujourd’hui macroniste, au gré du vent) ! Qu’à cela ne tienne, les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent...

Dernières minutes…

1- On apprend que le magasin Carrefour contact de Noyon va fermer ses portes face aux difficultés rencontrées par l’enseigne, tout comme 7 autres magasins dans l’Oise et 273 autres au niveau national, ceci engendrera évidemment des destructions d’emplois dans notre ville.
2-Le rapport annuel de la cour de comptes étrille le nouveau compteur d’électricité Linky : gains insuffisants pour les usagers mais pas pour EDF qui effectuera une marge de 500 millions d’euros sur le dos des consommateurs.
En plus des risques sanitaires du potentiel développement à terme du compteur, ces nouvelles révélations nous obligent à demander au maire de Noyon de refuser le déploiement de Linky et de s’associer aux 360 autres communes qui l’ont déjà fait !

Laurent Guiniot
Isabelle Mareiro
Claude Sadin
facebook.com/noyonbleumarine
noyon@guiniot.fr